mercredi 11 février 2015

Quatre questions à Jean-Luc Moudenc, Maire-Président de Toulouse Métropole

Déposée par la précédente majorité municipale, la candidature de Toulouse à l'appel à projets Grenelle du gouvernement pour le financement de projets de transport a connu en décembre dernier son aboutissement.


34 M€ sont octroyés par l’Etat pour le financement de quatre projets sélectionnés et présentés sous l’ancienne mandature, dont 20 M€ pour le prolongement de la ligne B avec un engagement de débuter les travaux avant 2017.

Dans les projets subventionnés figurent également le projet de liaison entre Tournefeuille et Toulouse via Lardenne, le prolongement du tramway au futur parc des expositions ainsi que le BHNS Portet-Oncopole qui se trouvent donc confirmés par l'actuelle équipe auprès de l'Etat.

De ces quatre projets, deux projets sont aujourd’hui remis en cause par la nouvelle majorité rayant ainsi, d’un trait de plume, plus de 50% des subventions prévues par l’Etat.

1ere question : Pourquoi avoir confirmé par courrier en octobre dernier au jury de sélection du Ministère des Transports la demande formulée sous la précédente mandature qui incluait donc à la fois le BHNS Ouest et le prolongement de la ligne B alors même que votre intention n’était pas de poursuivre ces projets ?

2ème question : Votre intention serait-elle de demander unilatéralement l’affectation des 34M€ de l’Etat sur le seul projet de 3eme ligne de métro à l’exclusion des autres et en dehors des règles de financements prévues dans le Grenelle en fonction de critères précis ?

3ème question : Concernant la 3eme ligne de métro, maintenez-vous l’hypothèse de recettes avancées lors de votre campagne électorale établissant une subvention de l’Etat de 200 M€ (soit près de  la moitié de l’enveloppe nationale du Grenelle pour 100 projets) et une recette des concessionnaires de parking de 100 M€ (peut-être envisagée dans le cadre du lot des 6 concessions en renouvellement) ?

4ème question : Les toulousains devront-ils patienter encore cinq ans d’études diverses et variées et de révision du PDU, avec une baisse concomitante des investissements du SMTC (- 43 % en 2015) au nom d’une hypothétique ligne de métro dont la mise en service n’interviendrait au mieux qu’en 2027 ?

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire