mardi 27 novembre 2018

Faire comme si... et advienne que pourra



Intervention au Conseil de Métropole à propos de la soutenabilité financière de la politique transport

En mars puis en septembre 2017, nous avons eu droit à des « exercices de prospective » financière du Plan de Déplacement Urbain et de la troisième ligne de métro. Notre inquiétude était déjà là.
En septembre 2018, nous avons droit désormais à une « étude de soutenabilité » confectionnée avec l’appui de vos consultants.
En septembre 2019, peut-être aurons-nous enfin «  l’arbitrage de la faisabilité » !

A quelle hauteur d’engagement de dépenses et d’irréversibilité sommes-nous aujourd’hui sur la TAE ? je me pose la question.

Nous avons une programmation des investissements sur la métropole qui dérape.
Nous avons un coût de la 3ème ligne de métro qui s’accroit.
Nous avons une contrainte sur nos dépenses de fonctionnement qui se resserre, ce dont vous vous félicitez après avoir signé cet engagement avec l’Etat.

Bref, c’est aujourd’hui l’ensemble de l’équilibre de nos politiques qu’il faut revisiter.

C’est alors que vous sortez les crayons de couleur, que vous scénarisez de beaux tableaux excel chiffrés, que vous redistribuez les variables pour qu’au final, telle une chatte tombant d’un toit brûlant, vous puissiez retomber sur vos pieds et rassurer le bon peuple.

J’ai donc fait l’exercice de comparaison entre toutes ces études. Et bien vous proposez aujourd’hui d’étudier la soutenabilité de votre plan de financement en faisant comme si… et advienne que pourra…

On va faire comme si les recettes commerciales de Tisseo passaient de 17 à 25 % des produits de gestion, c’est-à-dire qu’on ajoute une pincée de 15 M€ de plus par rapport à la recette initiale prévue dans la précédente prospective. (193 M€ contre 178 M€).
C’est une première historique : la couverture des coûts d’exploitation serait de 50 % contre 34 % aujourd’hui. Qui peut le croire ?

On va faire comme si les charges d’exploitation du réseau n’étaient envisagées à 395 M€ mais à 385 M€ en 2030, c’est-à-dire qu’on retire une pincée de 10 M€ par rapport à la prévision initiale. (alors même que le contrat de service public prévoyait de les encadrer, elles seraient de 276 M€ en 2021 et non de 265 M€ comme prévus). Qui peut croire à une telle maîtrise sans toucher à la qualité de desserte ou au mode gestion public ?

On va faire comme si le Versement Transport allait miraculeusement connaitre un quasi doublement de son produit à la fin de la période, c’est-à-dire qu’on rajoute une grosse louche de 48 M€ de ressources supplémentaires par rapport aux précédentes projections. Pour la première fois dans l’histoire, sa progression serait plus dynamique que celle des subventions d’exploitation.

On va faire comme si le déficit d’exploitation initialement projeté à 216 M€, et qui était donc trop salé en Septembre dernier, allait être ramené à 192 M€. Qui peut croire à une amélioration de 24 M€ de ce ratio sans toucher à l'offre kilométrique de ce qui n'est pas métro ? 

Comme malgré tous ces ingrédients, l’épargne nette du syndicat risque de frôler le zéro, on invente un nouveau concept. Il y avait celui de l’épargne nette. On a désormais celui de la « super épargne nette » que l’on atteint grâce à 678 M€ de subventions, comme si les tiers financeurs devenaient en quelque sorte les contributeurs d’épargne.

Et enfin, on va faire comme si la contribution de la collectivité passait de 24 à 16 % des produits, passant de 180 à 122 M€, c’est à dire qu’on retire une belle poignée de millions d’euros de dépenses de fonctionnement à Toulouse Métropole. Abracadabra !!

Telle est la variable autour de laquelle il fallait ajuster toutes les autres. L’enjeu est de rentrer dans les nouveaux clous de la maitrise des dépenses sur laquelle vous vous êtes engagé avec le premier ministre. A vrai dire, plus vous tentez de nous rassurer, plus notre inquiétude s'accroit.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire