jeudi 19 septembre 2013

JF Copé a osé

N'en déplaise à Jean-François Copé, leader par interim de l ‘UMP, qui a osé venir à Toulouse donner des leçons de pause fiscale accompagné de Jean Luc Moudenc, ancien maire par interim, les chiffres sont là. 
Dans son édition du 16 septembre dernier, le quotidien « Les échos » évoque une enquête nationale du Forum pour la gestion des villes et collectivités territoriales reprise par de nombreux médias.
L'enseignement de cette enquête, en agrégeant les contributions du bloc communal et départemental, est que Toulouse apparaît nettement en dessous de la médiane des grandes villes.

Pour illustrer ce constat, comment ne pas souligner plus particulièrement la politique menée par la ville de Toulouse et la Communauté Urbaine dans leurs décisions spécifiques ? 

Entre 2008 et 2013, la moyenne de la progression aura été de 0.3 % pour la Taxe d’Habitation et de 0.6 % pour la Taxe Foncière. Cette actualisation, inférieure à l’inflation, illustre un choix politique qui aura été celui de contribuer à préserver le pouvoir d’achat sans remettre en cause les politiques publiques d’investissement et de solidarité. Car en effet, au regard de cette évolution, le budget total de la ville de Toulouse aura progressé quant à lui d’environ 3 % sur la même période.

Pour l'anecdote, la faible évolution de la fiscalité à Toulouse est bien sans commune mesure avec les 11 Millions d'euros de pénalité infligée à l'UMP par le conseil constitutionnel. En tout cas, cet impôt là ne semble pas avoir rencontré, quant à lui, de difficulté de pouvoir d'achat des donateurs pour son recouvrement.

La vérité est que  JF Copé et JL Moudenc me semblent tous deux préoccupés davantage par une conquête revancharde du pouvoir que par les intérêts des français et des toulousains.



Aucun commentaire:

Publier un commentaire