vendredi 24 février 2017

PDU : insatisfaction et abstention

Vous trouverez ci-dessous l'exposé des motifs qui a conduit cinq élus toulousains à s'abstenir avec la majorité du groupe socialiste métropolitain au conseil du 23 février concernant l'avis de la métropole sur le PDU.

Par ailleurs, je vous invite à retrouver ici un argumentaire détaillé (deux parties) publié sur ce blog en décembre 2016.

"Nous avons décidé de nous abstenir et ce pour trois raisons principales.

Tout d’abord pour un évident problème de méthode.
Le conseil syndical de Tisséo a choisi de d’arrêter sa première proposition dès le mois d’octobre dernier sans attendre les conclusions du débat public organisé, depuis, sur la troisième ligne de métro.
En agissant ainsi, la droite toulousaine et métropolitaine s’enferme dans une logique où les citoyens, les associations, les usagers ne peuvent contribuer efficacement à l’amélioration du projet.
De fait, ce qui aurait dû être un large débat sur l’ensemble des solutions et des alternatives pour développer les transports en commun, pour permettre de meilleurs déplacements mais aussi pour intervenir efficacement sur les enjeux de santé liés à la qualité de l’air. En agissant ainsi, en ne répondant pas aux avis et conclusions de la Commission Nationale du Débat Public, le débat en devient réducteur et se concentre autour de la question de la troisième ligne de métro.

Ensuite parce qu’aucun plan d’urgence n’est proposé.
Encore une fois, le débat sur les transports est renvoyé dans un champ clivant et politicien qui ne permet pas de répondre aux urgences rencontrées par nos concitoyens qui n’en peuvent pourtant plus de passer plusieurs heures par jour dans les encombrements.
Nous ne sommes pas hostiles au projet d’une nouvelle ligne de métro, nous formulons en revanche une exigence à savoir que la priorité donnée au métro ne le soit pas au détriment de toute autre nouveau projet significatif, permettant de réduire l’usage de la voiture et de développer les transports collectifs ou les modes de transports alternatifs. Même si ce nouveau PDU s’inscrit dans l’achèvement partiel des projets que nous avions engagé, il ne propose pas un véritable plan d’urgence portant le maillage d’agglomération qui doit être mise en place.

Enfin, parce que nous doutons de la possibilité de financer ce plan sans nouvelle augmentation massive des impôts.
En mobilisant près des deux tiers des investissements prévus pour le seul projet métro, après 2020, sur des hypothèses de financements, de recettes et de dépenses hasardeuses et aléatoires, la soutenabilité financière de ce PDU est fortement sujette à caution.

Si nos interrogations sont fortes, elles entendent servir a nécessaire recherche d’un large consensus nécessaire pour défendre la qualité de vie de nos concitoyens par le biais d’une politique de transports en commun efficace.

Nous voulons rester force de proposition et poursuivre avec les habitants comme avec nos collègues élus un dialogue indispensable. C’est pour cette raison que nous exprimons cette abstention critique autant vigilante que constructive."

François Briançon, Joël Carreiras, Romain Cujives, Cécile Ramos, Claude Touchefeu
Conseiller(e)s municipaux de Toulouse et Conseiller(e)s communautaires de Toulouse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire