mardi 6 septembre 2011

Mauvaise foi ou incompétence ?

L’ancien maire de la ville a fait preuve dans les colonnes de La Dépêche du Midi d’une particulière virulence pour remettre en cause l’honnêteté des chiffres avancés quant à l’effort budgétaire en faveur des écoles toulousaines. Cependant, la tonalité du propos ne le rend pas plus crédible pour autant. Dès lors qu’une nouvelle politique émerge, c’est bien souvent la négation du principe même de sa réalité et la mauvaise foi qui illustrent les nouvelles vertus cardinales de l’opposition. Sans parler du soutien aveugle qu’il accorde par ailleurs à un gouvernement qui supprime des dizaines de milliers de postes d’enseignants.

Alors précisons les choses. 
Le Compte Administratif 2009 ne pouvait refléter le plan de réhabilitation des écoles puisqu’il a été décidé à partir de 2010, suite à l’audit précis que nous avions diligenté pour évaluer la vétusté des établissements.
60 millions d’euros à programmer. Ce constat n’est vraiment pas à la gloire du mandat précédent !

L’année 2010 a donc inauguré la mise en œuvre de ce plan car ce sont bien 60 millions d’euros d’Autorisation de Programme que nous avons voté. Cela signifie que chaque année, selon la nature des travaux, selon la capacité technique pour les réaliser (le plus souvent l’été), selon le degré d’achèvement des études nécessaires, nous inscrivons en crédit de paiement les sommes nécessaires à débloquer.

J’ai donc indiqué au conseil municipal de Juin, avec ma collègue Gisèle Verniol et en réponse à Mr Moudenc, l’état précis d’avancement de ce plan. Le programme 2010 représentait 147 opérations pour 92 écoles !
·        72 % sont terminés, c’est-à-dire 106 opérations.
·        27 opérations, soit 23 % du programme sont en cours d’exécution et se termineront en 2011.
·        7 opérations, soit 5 % du programme ont eu un début d’exécution en juillet 2011.
·        5 opérations, soit 4 % du programme, sont encore en étude pour des travaux qui démarreront en 2012.
Bref, je ne connais pas d’équivalent dans l’histoire de la municipalité de ces quinze dernières années. Et c’est pas fini.
Si Mr Moudenc s’inquiète du rythme de réalisation, j’y vois la preuve de sa propre imprévoyance d’hier et de sa mauvaise foi d’aujourd’hui. Son chiffrage tronqué et sa présentation d’apothicaire ne trompent personne, notamment dans nos écoles, et je ne peux croire à l’incompétence de sa lecture du compte administratif. J’y vois surtout - excusez du peu - la quête effrénée d’un leadership sans boussole, c'est à dire d'un leader-psshitt !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire