vendredi 14 février 2014

Le vide grenier a commencé. Aujourd'hui, le grand contournement...

Redescendant du grenier, JL Moudenc exhume aujourd'hui la dernière potion miracle prétendant guérir Toulouse de son affection. Espérons simplement qu'elle n'est pas pulmonaire car, figurez-vous, il nous propose une autoroute.

Cette idée, après des mois de débat public en 2007, fut rejettée par son ami Jean Louis Borloo lorsqu'il était ministre. En effet, à l'issue d'études engagées dès 2003 pour un contournement auroutier de Toulouse, il fut tiré la conclusion de sa non pertinence au regard du problème à résoudre et du trafic essentiellement local de la rocade toulousaine.

L'actuelle municipalité, contrairement à ce qui est dit, n'y est pas pour grand chose. Cela dit, loin de tout dogmatisme sectaire dont nous affuble depuis six ans JL Moudenc, nous partageons à la lettre les conclusions du gouvernement de l'époque, appuyées sur les principes du Grenelle dont Monsieur Moudenc glorifie davantage les intentions affichées que les actes qui en découlent. Il préfère donc nous conspuer en disant, je le cite :"Ils seraient mieux inspirés d’avoir le courage d’assumer la réalité : leur opposition n’est qu’une posture politicienne et dogmatique, ignorant l’intérêt concret des Toulousain(e)s !" C'est à se demander qui est dans la posture. N'est ce pas Monsieur Borloo ?

Voilà donc quelle était la posture politicienne et dogmatique de Monsieur Borloo le 4 juin 2008 :


Quelques semaines plus tard, le même ministre rendra officielle sa décision au vu du compte rendu publié par le président de la Commission nationale du débat public le 7 février 2008.

"Considérant que le débat a (notamment) mis en évidence (...)
  • la nécessité de mener une politique globale et renouvelée des transports en commun dans l’aire métropolitaine afin d’en améliorer l’efficacité ;
  • la nécessité d’inscrire tout projet d’infrastructure dans une politique d’accompagnement et de préservation des milieux traversés (...)
  • la nécessité de mettre préalablement en place une politique multimodale commune aux différentes autorités concernées sur les déplacements au sein de l’aire métropolitaine en lien avec l’aménagement;
Considérant qu’ainsi l’opportunité de la réalisation d’un projet de grand contournement autoroutier de Toulouse n’a pas pu être démontrée,
Décide :
Art. 1er. − Le principe d’un grand contournement autoroutier de Toulouse n’est pas retenu."

Sur le fond, peut-être y reviendrons-nous. Cependant :
  • Saviez-vous que le trafic sur la rocade est à 90 % de l'échange entre l'agglomération et Toulouse ?
  • Saviez-vous que 30 % du trafic local sur la rocade quitte l'infrastructure à l'un des 2 échangeurs qui suivent l'entrée et 50 % au troisième ?
  • Saviez-vous donc que le problème du périph n'est pas le transit mais le cabotage car les usagers n'ont pas tous la liberté de choisir un autre mode que la voiture ?
  • Saviez-vous que le coût du projet fut chiffré à 950 M€ pour la seule jonction A61 / A62 soit le coût de l'ensemble des investissements 2010/2020 prévus pour la route ?
  • Qu'on se le dise !




Aucun commentaire:

Publier un commentaire